vendredi 19 mai 2017

Lettre aux grands-parents qui ont des petits-enfants bilingues....




C’est bientôt l’été, l’époque des retrouvailles. Et en tant que grands-parents vous attendez avec impatience le plaisir de retrouver vos petits-enfants qui habitent à l’autre bout du monde ou qui habitent à l’étranger parce qu’ils ont un papa ou une maman qui n’a pas la même origine que vous.
Vous êtes tellement ravis que les petites générations de votre famille soient capables de parler d’autres langues que votre langue maternelle, mais vous vous posez un certain nombre de questions. Vont-ils me comprendre ? Savent-ils parler ma langue ? Qu’allons-nous pouvoir faire ensemble ? Dois-je apprendre l’autre langue qu’ils parlent ? Toutes ces questions sont bien légitimes. Laissez-moi vous rassurer et vous donner quelques trucs pour que tant vous que vos enfants et petits-enfants vous passiez des moments inoubliables ensemble.

Tout d’abord, je pense qu’il ne faut pas vous affoler, tout va bien se passer. C’est à vous, en tant qu’adulte, de montrer votre fierté d’avoir des petits-enfants bilingues, sans pour autant les prendre pour des singes savants. Ne les prenez pas chez vos amis pour leur montrer qu’ils savent parler plus d’une langue. Ne passez pas votre temps à leur demander de dire des choses dans l’autre langue. Vos petits-enfants sont des êtres humains, parler plusieurs langues est pour eux tout à fait normal, quand ils viennent vous voir et que vous rencontrez d’autres personnes, ils n’ont pas envie d’être le centre d’attention. Ils ne sont pas différents des autres enfants. Vous risqueriez rapidement de briser la confiance qu’ils pouvaient avoir en vous, mais aussi la confiance qu’ils ont dans les langues qu’ils parlent. Ils comprennent aussi certainement plus qu’ils n’en ont l’air. Alors par exemple, si vous trouvez que leur accent en français est mignon, ne faites pas la réflexion devant eux. Ne dites rien. Vous risqueriez là-aussi de les stopper et de faire qu’ils ne vous parleront pas ou peu. Ils ne sont pas là pour être montrés en exemple, ou pour être admirés, ils sont là pour apprendre à être avec vous, à découvrir qui sont leurs grands-parents, d’où ils viennent. Vous êtes leur héritage.

La communication, si vos petits-enfants ne parlent pas aussi bien français que vous l’escomptiez, peut s’avérer un peu compliquée, mais quelques trucs pourront vous aider et les mettront en confiance. C’est aussi avec vous et grâce à cette confiance qu’ils amélioreront leur français. La relation que vous allez créer est donc des plus importantes.

Comment faire alors si vos petits-enfants parlent une langue que vous ne connaissez pas ? Il faut essayer de passer au-dessus de cette barrière de la langue, parce que la relation est bien plus importante. Ce ne sera pas nécessairement facile et cela sera certainement frustrant, mais montrez-vous patients. Armez-vous de patience et d’amour. Il faut essayer de créer des liens qui leur donneront envie d’apprendre mieux le français. Il faut trouver des occasions pour parler la langue. Vos petits-enfants, même s’ils ne parlent pas français, ou peu, ou pas correctement, ont entendu cette langue. Ils ne savent peut–être pas bien l’utiliser, mais peu importe. Passez du temps avec eux. Racontez-leur des histoires, les histoires de la famille, racontez-leur qui étaient leur parent. Un autre exemple : vous aimez cuisiner, et bien, pourquoi ne pas leur proposer de vous aider et faites-le en parlant, en leur parlant et en les faisant parler. Montrez également un intérêt pour l’autre langue qu’ils parlent en apprenant des mots, des phrases. La communication se fait dans les deux sens.

Le rôle des grands-parents, c’est aussi d’être un modèle pour les petits-enfants. Si vous interagissez avec eux, ils auront du plaisir et auront envie de communiquer avec vous dans votre langue, qu’ils connaissent plus ou moins bien, suivant que ses parents la lui ont transmise ou non. C’est à vous de faire l’effort, de leur tendre la main pour qu’ils viennent vers vous. Ayez confiance !! Faites-leur confiance.

PS : Peut-être pouvez-vous essayer de discuter avec eux via Skype pendant l’année, de leur lire des histoires via Skype… Il faut repenser la communication autrement. C’est un défi, mais vous n’en aurez que du plaisir.

N’hésitez pas à revenir vers moi si vous aviez des questions ou des doutes, je serais ravie de vous aider et de vous guider.

Isabelle Barth

Jeux 2 Langues


English translation.... on this site