jeudi 15 février 2018

Langue & attitude / Language and attitude / Taal en gedrag

Photo de London Scout



Que vous inspire cette photo quand vous la voyez ? Il s'agit d'une maman qui se baisse pour s'occuper et parler à son enfant. Pour être à sa hauteur. Elle prend une certaine posture, elle se comporte d'une certaine manière vis-à-vis de son enfant. On pourrait dire que son attitude à l'égard de son enfant est positive, car elle semble prendre le temps de s'adresser à lui à son niveau.
Quel rapport avec les langues me demanderez-vous ? 
On parle en langue d'attitude linguistique - je ne vous ennuierais pas ici avec les nombreuses recherches récentes sur le sujet - mais je pense que cette attitude a une influence sur la manière dont vos enfants deviendront - ou ne deviendront pas - bilingues. 
La manière dont vous parlerez des langues, ce que vous pourrez dire à leur sujet, la manière dont vous les utiliserez... sont des attitudes que vous pourrez avoir vis-à-vis des langues et qui influeront sur vos enfants et leur attitude vis-à-vis de ces mêmes langues. 
Par exemple, si vous n'arrêtez pas de dire que c'est compliqué, que cette langue est inutile, vous avez une attitude négative. Comme les enfants fonctionnent par l'exemple, pourquoi auraient-ils envie de les apprendre, de les parler, de les utiliser si elles sont difficiles ou inutiles, et si vous en tant que parents avez cette attitude négative. 
Autant l'attitude que vous aurez aura une influence sur vos enfants quand ils sont jeunes, autant celle-ci jouera un grand rôle dans les choix de langues de vos adolescents et jeunes adultes. 
Vous êtes-vous déjà demandé si l'attitude que vous aviez à l'égard des langues avait une influence quelconque ? Discutons-en - je reviendrai sur la question prochainement. 
N'hésitez pas à m'envoyer vos questions sur info@jeux2langues.com


____________________


What do yo use on this photo? What does it make you think about? What's your reactions? This is simply a mother who lowers herself down to look after her child and talk to him. She gets at his level. She has a way of doing it, she has an attitude to her child. We would say that she has a positive attitude to her child, for she seems to take her time to look after him and talk to him while kneeling to his level.
Then, you will wonder what the relationships with languages?
Did you ever hear about what is called the linguistic attitude? I am not going to tell you about the last researches on the matter, however I do feel that attitude has an important influence on whether your child(children) will or will not become bilingual.
The manner you talk about languages, what you would say about language, the manner you are going to use them... are attitudes that you have regarding languages and that will influence your children and their own attitude toward the same languages.
For example, if you keep saying it is difficult to speak a foreign language, saying that a language is useless, you have a negative attitude. As children are learning through example, why would they want to learn a language when they hear they are difficult or useless and if you as parents have such a negative attitude.
Your attitude will influence your children when they are small, but they will also have a great influence on teenagers and young adults.
Did you ever ask yourself whether your attitude towards languages would have an influence? Let's talk about it - I will write again on the matter.
Since then, feel free to ask me your questions on info@jeux2langues.com 


____________________

Waaroom deze foto?  Wat denkt u daarover? Wat is uw reactie? Dit is gewoon een moeder met haar kind. Ze verlaagt om na haar kind te kijken en met hem te praten. Ze krijgt op zijn niveau. Ze heeft een manier van doen, ze heeft een houding met haar kind. We kunnen zeggen dat ze een positieve gedrag met haar kind heeft, want ze lijkt van haar tijd te nemen en op zijn niveau te praten. 
Wat is de relaties met de talen, zou u vragen?
Hebt u gehoord over linguïstische gedrag? Ik ga niet over de laatste onderzoeken over dit onderwerp praten, maar ik denk dat u gedrag hebt een erg belangrijke invloed of uw kind / kinderen zal of zal niet tweetalig worden. 
De manier dat u over talen praten, wat u zou over talen zeggen, de manier dat u talen gebruiken... zijn gedragen die u met betrekking to talen heeft, en dat beïnvloedt uw kinderen en hun eigen gedragen ten opzichte van dezelfde talen. 
Bijvoorbeeld, als u zeggen dat een taal te moeilijk is of dat een taal nutteloos is, hebt u een negatieve houding. Als kinderen door voorbeeld leren, waarom zouden ze willen een taal leren wanneer ze horden dat zi moeilijk of nutteloos is, en wanneer hun ouders een negatieve houding over deze talen hebben. 
Uw gedrag zal een invloed over het leren van talen hebben op uw kinderen wanneer ze klein zijn, maar ook wanneer ze tieners of jonge volwassenen zijn. We kunnen daarover praten, en ik zal meer daarover schrijven. 
U kunt uw vragen sturen aan : info@jeux2langues.com

mercredi 31 janvier 2018

Élise, 7 ans, Expatriée -- Elise, 7 years old and Expatriate



Virginie Houet, journaliste d'origine belge, et Corinne Feuillet Luca, illustratrice et auteure d'origine française, nous offrent avec Élise, 7 ans, Expatriée, un livre tout en douceur et en tendresse absolument magnifique. Les auteures vivent toutes les deux en expatriation depuis plusieurs années déjà. Avec ce livre, les deux amies nous livrent l'histoire d'une petite fille qui a l'âge de raison, 7 ans, et qui vit également l'expatriation. Elle nous parle de ses bonheurs et de ses tristesses. Élise part très jeune en Thaïlande avec son petit frère et ses parents. Après quatre année, elle rentre au pays, pour apprendre à nouveau qu'elle doit repartir pour les États-Unis et laisser à nouveau derrière ceux et celles qu'elle aime. Il faut encore les quitter. Il faut repartir, il faut reconstruire. Elle se crée alors un jardin secret pour garder auprès de son cœur, ses souvenirs, ses amies, sa famille. Ce jardin secret est là pour le réconforter, pour combler le manque Le jour où elle apprend le décès de son arrière-grand-mère, son chagrin est immense. Grand-Mamy entrera et s'installera aussi dans ce jardin secret. Grâce à sa maman, qui lui parle avec des mots câlins, elle se sent forte et elle découvrira qu'elle est "expatriée ET citoyenne du monde entier" !!
Écrit à quatre mains, ce livre nous parle en finesse et en simplicité ; c'est ce qui fait son charme. Écrit en rimes, c'est une merveille tant pour les oreilles, que pour les yeux grâce aux superbes dessins de son amie, Corinne Feuillet Luca, qui a illustré l'histoire. Son trait de crayon subtil, auquel s'ajoute quelques couleurs fortes comme le rouge, enrichit la beauté du texte et la page. Il est difficile de ne pas tomber amoureux d'Élise et de son histoire.

Ce livre a l'avantage d'être bilingue, traduit en anglais, il permet une double lecture. La traduction de Lisa Finlay McCauley respecte le ton et la beauté du texte français. C'est un tour de force de la part de la traductrice qui a su retrouver la douceur du texte en rimes. C'est certainement un livre à lire si vous êtes expatriés.

____________________


Virginie Houet, a journalist from Belgium and Corinne Feuillet Luca, a French writer and illustrator, are both living outside of their own home country from many years. They wrote this lovely book together. With "Elise, 7 years old and Expat", we discover the life of a 7 years-old little girl, Elise, who is living expatriation. It has happy times, but also sad moments. The style of of this books written in four hands is really soft and kind and we discover how Elise left her home country very young with her little brother and her parents. They live in Thailand for 4 years, then come back home to learn again soon that they are leaving for the United-States. She must again leave behind those that she loves. She has to go and build again. She then creates her own secret garden in which she keeps her memories, her friends, her family. One day, her great-grand-mother dies, she is extremely sad. Grand-Mamy will also find her space in Elise's secret garden. With the help of her mum, and her soft kind voice, she feels strong and discover that she is an "Expat AND Citizen of the world big and wide"!!
The style is soft and simple, warm and tender and makes this book so pleasant to read. It is like a poem in rhymes. It certainly is a wonderful book to listen to and to look at, as the drawings of Corinne Feuillet Luca, the illustrator, are perfectly complementing the beauty of this poetic text and accentuating the beauty of the pages. It is really impossible not to fall in love with Elise and her story.

Written in French, the book is in fact bilingual. The translator, Lisa Finlay McCauley, did a tour de force in her translation of the text, keeping its beauty as well as the rhythm you find in the French text.
A must read if you are expatriate.



Élise, 7 ans, Expatriée  -- Elise, 7 years old and Expatriate
Auteures :  Virginie Houet & Corinne Feuillet Luca
Illustratrice :  Corinne Feuillet Luca
Les Editions Amalthée, 2017

dimanche 28 janvier 2018

Mon enfant ne parle pas la même langue que sa maîtresse / My child does not speak the same language than his primary school teacher / Mijn kind spreek niet hetzelfde taal dan zijn onderwijzer



Quand nous décidons d'aller habiter à l'étranger ou nous sommes envoyés en expatriation, il se pose alors le choix de l'école pour nos enfants. Nous n'avons pas toujours d'écoles internationales ou d'écoles bilingues tout près. Ou alors, elles sont financièrement hors de portée de nos bourses. Que faire alors ? Nous nous tournons vers l'école locale. Il se soulève à ce moment un autre problème majeur : la compréhension entre l'enseignant et nos enfants ? Comment pouvons faire en sorte que cela se passe le mieux du monde ? Avoir donné des cours de la langue locale n'est pas suffisant, il manque du vocabulaire à vos enfants. L'enseignant ne parle pas votre langue maternelle. C'est un vrai casse-tête.
Que pouvez-vous donc faire pour que votre enfant soit heureux à l'école et ait envie d'y aller et d'apprendre ? Il y a quelques solutions simples :  (1) les aider à faire leurs devoirs - dans quelle langue ? Dans votre langue maternelle, sans oublier de bien expliquer les concepts, mais aussi de leur donner le vocabulaire nécessaire dans la langue de l'école - (2) leur donner plus de cours de langue - (3) rencontrer l'enseignant pour voir ce qu'il ou elle peut faire dans la classe, et cette rencontre sera un moment critique pour le bien-être de vos enfants. De quoi pouvez-vous parler dans cette rencontre ? Certes, du fait, que votre enfant ne parle pas couramment la langue de l'école, même si son apprentissage ira très vite, cela restera une langue étrangère pour lui, car derrière les mots se cachent une culture qu'il n'a pas reçue. Il faut surtout voir comment l'enseignant sera prêt à aider votre enfant. C'est là le point sensible. Suivant les pays, suivant les cultures, suivant les formations, les enseignants sont plus ou moins prêts à aider les enfants étrangers de manière plus individuelle. Certains pays utilisent ce que j'appellerai des "enseignants aides" qui font sortir les enfants de la classe et souvent sans avoir de formation spécifique pour les enfants bilingues bricolent quelque chose pour les aider. Ce n'est certainement pas la meilleure solution car l'enfant est indirectement pointé du doigt en sortant de la classe. Et le manque de formations en bilinguisme de ces "enseignants aides" n'est en aucun la solution pour ces enfants. Car ils se sentent déstabilisés. D'autres enseignants proposent des solutions adaptées qui sont centrées sur ce que l'enfant connaît déjà et qui l'aideront à progresser. Il faut absolument discuter de ces solutions et voir si elles vous conviennent. D'autres encore se sont formés au translanguage et donc sont en mesure d'aider vos enfants pour qu'ils progressent et apprennent. Cette méthode permet à l'enfant d'utiliser le bagage (connaissances et vocabulaire) qu'il a en sa possession pour apprendre dans une langue qui n'est pas la sienne et qui deviendra sienne. Si vous pensez que votre enfant pourrait bénéficier du translanguage, n'hésitez pas à en parler - je peux offrir des formations en ligne et pour que vos enfants puissent en profiter, contactez-moi.

____________________

Once we have decided to go and live abroad or when we are expatriated for our job, then one question arises: which school for our children. There may not be any international schools or bilingual schools nearby. For some, they could be too expensive. What can we then do ? There is the local school. Then another problem arises : how will the primary school teacher and our children be able to communicate ? What can we do so that it goes smoothly ? Having our children learn the local language is not sufficient, they are lacking vocabulary. More over the teacher does not speak our home language. It is a real headache!
What can you do for you child to be happy at school and want to go and learn ? There are a few simple solutions : (1) help them with the homework - in which language ? In your home language, and do not forget to explain the new concepts and to give them - in the school language - the vocabulary they will need.  (2) give them more language classes and (3) meet the primary school teacher to see what he or she can do in class. This meeting will be very critical for the well-being of your children What are you going to talk about in this meeting ? Of course, you will raise the fact that your child does not speak the school language fluently; even if he or she will learn it quickly, it will always be a foreign language, as moreover behind the words are a culture which he or she did not live. Mostly, you'll have to see how the teacher is ready to help your child. This is the sensitive point. According to the countries, according to the cultures, according to their training, the teachers are more or less ready to help the foreign children in an individual manner. Some countries are calling on what is called "resources teachers" who take the children out of the classroom and without any proper training for bilingual children are tinkering with ideas thinking it is helpful. It is certainly not the best solution as your child will be pointed out because he/she is taken out of the classroom. The lack of training in bilingual education of these "resource teachers" is not the solution for these children, as they often feel unsecured. Other teachers are offering solutions which are adapted and entered on what the child already knows and which will help him/her to make progress. It is absolutely necessary to discuss those solutions to see whether they are the right ones. Some other teachers are trained to use translanguaging and are thus able to help your children so that they progress and learn at the same time. This method allows your children to use all their language backgrounds and knowledge in order to learn in another language, a language which is not his mother tongue. If you think that your children could benefit from translanguaging, feel free to talk about it - I can offer training in the schools or online, so that your children can benefit from it, contact me here.

___________________

Zodra hebben we om in het buitenland te gaan wonen of wanneer we zijn in het buitenland voor het werk, is er één vraag: welke school voor onze kinderen. We hebben niet altijd een internationale school of een tweetalige school in de buurt. Voor sommige kunnen deze erg te duur zijn. Wat kunnen we doen? Er is nu de lokale school. Dan is er een andere problem: hoe de leerkracht van de basisschool en onze kinderen zullen kunnen communiceren? Wat kunnen we doen zodat het goed gaat? Onze kinderen hebben de lokale taal geleert, maar er zijn een probleem met de woordenschat. En meer, de leraar spreekt onze eigen taal niet. Het is een echte hoofdpijn! 
Wat kan je doen om je kind gelukkig op school zijn, om je kind om naar school te gaan en te leren? Er zijn een paar eenvoudige oplossingen: (1) met het huiswerk te helpen - in welke taal? In je eigen taal, en vergeet niet nieuwe concepten uit te leggen en de woorden in de taal van de school te geven - ze zullen nodig zijn. (2) meer taallessen te geven en (3) een ontmoeting met de basisschool leraar om te zien wat hij of zij in de klas kan doen. Deze bijeenkomst is zeer cruciaal voor het welzijn van je kinderen. Waarover zullen jullie in dit ontmoeting praten? Natuurlijk zullen jullie praten over het feit dat je kind niet vloeiend in de schooltaal is; zelfs als hij of zij het zeer snel leert, zal het altijd een vreemde taal zin, want achter de woorden zin een cultuur die je kinderen niet hebben. Meestal moet je zien hoe de leraar klaar is om je kind te helpen. Volgens de landen, volgens de culturen, volgens de opleidingen zijn de leraren min of meer klaar de buitenlandse kinderen in de klas op een persoonlijke manier te helpen. In sommige landen zijn er wat wordt "middelen leraren" genoemd, die de kinderen uit de klas nemen en zonder een goede opleiding voor tweetalige kinderen knutselen zij met ideeën dat ze nuttig denken. Het is zeker niet het beste oplossing als je kind opgemerkt is omdat hij/zij uit de klas genomen is. Het gebrek van opleiding in tweetalig onderwijs van deze "hulp midellen leraren" is niet een oplossing voor deze tweetalige kinderen. Andere leraren bieden oplossingen die gecentreerd op wat de kind al kent en die hem helpen zal. Jullie moeten deze oplossingen bespreken en zien of ze voor je kinderen zullen werken. Andere leraren gebruiken translanguaging en kunnen jullie kinderen goed helpen, zodat ze leren goed. Deze methode maakt gebruikt van de bagage (kennissen en woordenschat) dat jullie kinderen hebben om de kinderen in de schooltaal te leren. Als u denkt dat uw kinderen van de translanguaging profiteren kunnen, kan ik helpen. Ik kan opleiding online geven voor uw kinderen daarop te genieten - contact hier.