lundi 5 décembre 2016

Comment choisir son école ? / How to choose a school ? / Hoe kan ik ten school kiezen ?


Je commence avec la couverture d'un livre de Marie-Agnès Gaudrat, illustré par Roser Capdevilla.
Oui, l'école est une aventure ! On y apprend, on y découvre, on y fait des rencontres, on y a des échecs,  mais aussi des succès… C'est élément important de l'enfance et de l'adolescence.
Mais nous parents, comment faire pour choisir la "bonne école" pour nos enfants ? La question est d'autant plus pressante et compliquée quand nous élevons nos enfants avec plusieurs langues à la maison et que nous habitons en terre étrangère.


C'est l'occasion pour votre enfant de devenir bilingue, une chance incroyable pour lui. Cependant, le choix de l'école est primordial quand on habite à l'étranger. Il faut absolument faire le bon. Ce choix doit se faire en pensant principalement à l'avenir de l'enfant, pas uniquement à ce que l'on vit au moment présent. Car vos choix influenceront ce que votre enfant pourra ou ne pourra pas faire ensuite. Qui sait s'il sera pompier, chef d'entreprise ou chef d'orchestre ou qu'elle choisira d'être infirmière, institutrice ou danseuse. Il faut aussi prendre en ligne de compte les langues que l'on parle à la maison, une langue, deux langues, trois langues. Avons-nous envie que notre enfant apprenne d'autres langues ? Le choix de l'école est vraiment important. Un mauvais choix peut être une catastrophe pour son avenir. 


Il faut sélectionner en toute tranquillité, en sachant que l'on peut se tromper (tout le monde fait des erreurs, moi la première !). Alors, comment faire ? Il faut lire, évaluer les éléments qui peuvent être susceptibles de jouer, d'interférer dans nos choix. N'ayez pas peur de tout remettre en question.
Demandez-vous ce que doit apporter, ce que doit offrir l'école à votre enfant ? Quelles sont vos priorités ? L'apprentissage ? Son bien-être ? Demandez-vous quelles sont les valeurs éducatives de l'école ? Quels sont les principes d'éducation de l'école ? Correspondent-ils aux nôtres ?
Il est aussi important de comprendre comment fonctionne l'école que l'on choisit. Je m'explique, vous serez amenés à rencontrer les enseignants, il est important de pouvoir les écouter et les comprendre en fonction du contexte dans lequel vous vous trouvez, c'est-à-dire en connaissant la culture dans laquelle vous vous trouvez. Vous éviterez ainsi les conflits et les incompréhensions. Car ce sont eux, les enseignants qui évalueront les capacités scolaires de votre enfant. 




Translation in English to follow
 
Gauw het vertaling in het Nederlands 

samedi 9 juillet 2016

¡HOLA! Let's Learn Spanish



When Judy Martialay, a retired French and Spanish teacher, asked me to review her book, ¡HOLA! Let's Learn Spanish, I was surprised and delighted at the same time.  The reading of her book was a lovely surprise for me. And I must say that I really enjoyed it.

Aimed at children aged between 6 and 10 years of age, her book aims at making them discover the Spanish language in a children-friendly manner. The book is not a bilingual book, as many would imagine them. It is different and it opens to the discovery of a new language, Spanish. It all starts with an imaginary plane ride to Mexico. There the children meet Panchito the Mexican Jumping Bean and follow him in his adventures. Judy Martialay gives the reader a chance to discover Spanish words as they read through the story and discover the Mexican culture. This book is different from the many bilingual books I have read is such a way that it is not a translation of the story from English into Spanish, but allows the young reader to discover the Spanish language is a fun way. The addition of Spanish words in the story looks like using words in one language when you speak another one; and it is a great way to get the basic of the language, especially for young children who are not necessarily bilingual.
Extremely children-friendly, the book aims at teaching children basic Spanish words and phrases, at giving them a taste of the language. It is a fun book to read with colourful drawings and a lot of information. The pronunciation of the Spanish words can be found of the site: Polyglot Kidz (http://www.polyglotkidz.com).

This book is much more than just a story using Spanish words within the story. Judy Martialay goes further and offers an activity section where children can try the Spanish they discovered in the story and see whether they can use it.  She really encourages them to use the language in everyday situations, with for example a treasure hunt around the house for some objects. Judy Martialay does not forget the culture linked to a language and has a cultural section that has been well researched. It is explained clearly for children to understand and discover another culture of the world. Children discover the type of Spanish used in Mexico, they learn about local food, customs, markets and piñatas.
Children like to sing and Judy Martialay does not forget it and present a song with its translation and music score; it is the traditional song that children sing when they go breaking a piñata.  There is a craft section where children can create a mask made-up of beans, a very Mexican tradition.  She ends up with a short memo of vocabulary.



lundi 16 mai 2016

Maximize Your Child's Bilingual Ability



Adam Beck asked me to review his new book and I was delighted to do so. It is a great book which I would highly recommend to any parent wishing to raise their children with more than two languages.
The founder of the website Bilingual Monkeys and of the forum Bilingual Zoo, is now sharing his ideas on Bilingual Education in a book, Maximize your Child's Bilingual Ability.

In Adam Beck's own terms, this book is not an academic work and he addresses himself to every family wishing to bring up their children with two or more languages. This is a very easy book to read, a great guide to bilingual education and parenting the bilingual child. He acknowledges that every family is different, every child is unique. He also underlines that his book is "geared for minority language parents" whom the "majority language parent should support actively" (page 24). Being himself the minority language parent, he knows how actively you have to work on it if you wish you child to be bilingual. With 30 "Perspectives" or ways of thinking and 30 "Principles" or ways of acting as he likes to call them, Adam Beck gives us a kind of program with language goals for the family. This guide is informative, methodical and realistic about the challenges. Taken from his own experiences as teacher to bilingual kids as he calls them and as father to bilingual children, he offers many practical tips and ideas. 

The question he asks at the beginning of his book is: "what actions can a busy parent take to optimize the growth of a child's bilingual ability? At the same time, how can this be done in a fun, child-friendly way?" (page xi). If you follow Adam Beck on his journey through bilingualism via Bilingual Monkey, you know that he is full of ideas. He is also very realistic in saying that bilingualism is "bigger a challenge than many believe" (page 15), and that the efforts put into it must not be a burden. 

Adam Beck enjoys metaphor and comparisons. After starting with a comparison between the work of the rice farmers and the parents of bilingual children, both takes time and daily effort to get the best. He calls his book "a buffet of food for thought" in which you can "dip in" and "read in smaller chunks" (page 22). Just like in a buffet, you may not wish to eat from every single dish, so he warns the reader that nor every idea will necessarily suit their aims or situation. "Raising a bilingual child is a marathon, not a sprint"(page 31), this metaphor is also very clear is saying that it does take time to arrive where you want to go. You need desire and determination to finish a marathon, it is the same with the bilingualism of your children. 

He sees many advantages in raising your children with more than one language. One being that you have to spend time with your children, so that they speak the language. No small minor actions is useless. Reading is one thing, but not everything. Children will always remember what they did with their parents. They will remember what you did together. So use this time together to work on the language. You do not wish to hear your child that he or she regrets not having been raised bilingual, so act today. Be pro-active. It is the family heirloom. Adam Beck also quotes a number of people and I will underline two of the quotes he chose: "The future depends on what you do today" (Mahatma Gandhi). This is very true The seeds of today are important for the future of your child. "I do not teach children, I give them joy" (Isadora Duncan). It is so true, if the children enjoy what they do, they will learn. Enthusiasm is very important. If you enjoy and are motivated, you progress.
He is also quite realistic about the circumstances of life: Adam Beck underlines the fact that there is no failure, that you should always stress the achievements reached. Be positive. Inspire you children. Be creative, so it does not get boring for your children. However discipline is a key which will help make progress.

In the second part of his book, the "Principles" are presenting ways of acting which will lead to success. Adam Beck tells us to talk, read and play with our children. More importantly, he gives us other tips such as making the bilingual journey of our children a priority, having a daily routine, understanding the value of the minority language and the impact the schooling in the majority language may have on the children. Getting informed via websites, blogs, getting connected and  getting suitable resources are also some of the keys for success. He recalls what Ana Paula calls the NERC (Narration, Expansion, Recast, Choices) which a another great key for the bilingual development of our children. 

At the end of his book, with a small list of his choice of books and websites, Adam Beck offers the reader a "Reader's Guide" which allows the latter to jump on the "chunks" he likes so that he can dip into them. 
I would highly recommend the reading of Adam Beck "Maximize your Child's Bilingual Ability". Different and easy to read, linked to his own personal experience, this book offers another view on the experience and "marathon" of parenting the bilingual child. I am very grateful he asked me to read it and review it. 

lundi 14 mars 2016

Quelle langue pour l'au-pair ? / Which language for the au-pair? / Welke taal voor de au-pair?



Mary Poppins est certainement la Nanny britannique idéale, celle dont tout le monde rêve. Elle n'est plus une jeune fille au-pair, mais elle remplit bien ce rôle. Qui n'aimerait pas avoir une Mary Poppins chez soi ?
Comment trouver la personne au-pair idéale pour notre famille bilingue ou trilingue ? Je pense qu'il n'y a pas de réponse idéale toute faite qui conviendra à tout le monde. Avant de vous lancer à corps perdu à la recherche d'un ou d'une au-pair, il faut d'abord se poser quelques questions fondamentales. La première est de savoir quelle est la législation du pays dans lequel je réside concernant les personnes travaillant comme au-pair. Il faut aussi savoir pourquoi vous souhaitez une personne au-pair. N'oubliez pas qu'une personne au pair est là pour s'occuper des enfants et tout ce qui tourne autour des enfants, comme une grande sœur ou un grand frère, et qu'elle ou il n'a pas à faire les tâches ménagères. Cette personne partage la vie de la famille et se doit de prendre des cours à l'université en même temps. Nous n'entrerons pas ici dans le détail des obligations des personnes au-pair. 
La personne au-pair n'est pas une baby-sitter, ni une nanny ou une nounou qui elles ne logent pas dans la famille, mais s'occupe des enfants dans la journée ou à certains moments de la journée ou de la semaine. 
La question se pose pour nous de savoir quelle langue ou quelles langues (au pluriel), cette personne au pair doit savoir parler et doit parler avec les enfants ? C'est ce qui nous intéresse ici. 

1er cas : Si la famille est une famille mixte avec des parents qui ont été élevés dans des langues différents, je pense qu'il faut prendre plusieurs éléments en considération :
  1. Le premier est le pays dans lequel la famille réside et donc quelle est la langue majoritaire du pays. Le second est celui des langues de la famille. 
  2. Quelle est la langue ou quelles sont les langues que l'on parle dans la famille ? 
  3. La famille a-t-elle une langue minoritaire ? Si oui, souhaite-t-on la renforcer ? 
  4. Il faut aussi s'intéresser à l'âge des enfants ? Sont-ils scolarisés ou non ? 
  5. Qu'attend-on de la personne au pair que ce soit un jeune homme ou une jeune fille ?

On peut souhaiter que la personne au-pair vive au sein de la famille pour aider à renforcer la langue minoritaire qui ne serait pas la langue de scolarisation. Dans ce cas, il faut une personne qui ait cette langue comme langue maternelle et pourra la parler de manière naturelle aux enfants. Mais elle doit aussi être en mesure de communiquer avec les deux parents et donc maîtriser plus ou moins bien la seconde langue de la famille.

2nd cas : toute la famille parle la même langue et est partie en expatriation dans un pays où l'on parle une autre langue. D'autres questions se posent alors.

  1. les enfants sont-ils scolarisés dans une école internationale ou une école locale où l'instruction se fera dans une langue autre que celle de la maison ?
  2. les parents parlent-ils la langue locale ?
  3. Qu'attend-on de la personne au pair ? Qu'elle aide au développement de la langue locale ou au maintien de la langue d'origine ? 
Suivant les souhaits des parents et le lieu de scolarisation des enfants, la personne au pair aura ou non la langue locale comme langue maternelle. Comme dans le cas précédent, il faut qu'elle parle la langue de la famille pour être en mesure de communiquer avec les parents.


3e cas : la famille est mixte et réside dans un pays autre que celui des deux parents. On se trouve ici dans un cas où il y a trois langues dans la famille : celle des parents + celle du pays. 

  1. Si les enfants sont scolarisés dans une école internationale ou une école locale, la langue utilisée sera différente et aura une influence sur le choix des langues parlées par la personne au pair. Les parents font-ils le choix de faire l'école à la maison dans une des deux langues ou dans les deux ? 
  2. les parents souhaitent-ils que leurs enfants parlent la langue locale ou bien les deux langues de la familles leur suffisent-elles ? 
  3. Qu'attend-on de la personne au pair ?
Si les enfants vont à l'école, il est souhaitable que la personne au pair parle la langue locale ou celle utilisée par l'école internationale. Elle parlera aussi au moins une des langues des parents. Si les enfants sont instruits à la maison, alors soit les parents souhaitent une personne au pair pour "apprendre" la langue locale aux enfants. Dans ce cas, cette dernière devra aussi parler au moins une des langues des parents et avoir la langue locale comme langue maternelle. Soit les parents ne le souhaitent pas, et alors la personne au pair doit maîtriser les langues de la famille afin de pouvoir communiquer avec les parents. 

Comme on peut le voir, les situations sont variées et chaque situation a sa propre logique et ses propres besoins. 
Surtout n'hésitez pas à revenir vers moi avec vos questions, je les attends avec plaisir.


Mary Poppins is certainly the ideal British Nanny, the one about which everybody dreams. She is not any more the young au-pair girl, however she performs this role perfectly. Who would not like to have a Mary Poppins at home?
How to find the ideal au-pair for our bilingual or trilingual family? I think that there is no ideal ready-made answer which will suits to everybody. Before starting the search an au-pair whether male or female, it is important to ask some fundamental questions. The first one is to know the legislation of the country in which you live concerning the people working as to the peer. It is also necessary to know why you wish an au-pair. Do not forget that an au pair-person is there to take care of the children and everything concerning the children, as a big brother or a big sister, and he or she is not there to do the house chores. This person will live with your family as a member of it and has the right to go to the local university to study, but we I will not enter here the details concerning the rights and duties of au-pairs.

The question here is to know which language or languages (in plural) should this au-pair speak with the children. This is what I am interested in today

1st case : if the family is a mixed family with parents who have been brought up in different languages, I think a few points have to be taken into account : 

  1. the first is the country in which the family resides and so what is the majority language of the family
  2. which is the language or what are the languages spoken within the family ?
  3. do the family have a minority language ? If so, do we wish to reinforce it ?
  4. The age of the children has also to be taken into account ? Do they go to school or not ?
  5. What do we expect from the au-pair whether it is a male or a female?
we can wish that the au-pair lives within the family in order to reinforce the minority language which would not be the school language. In that case, the au-pair should have that language as mother-tongue and could speak it naturally with the children. But, he or she must also be able to communicate with both parents and so master more or less well the other language of the family

2nd case: all the family speak the same language and they are gone on an expatriation where the country language is another one. Other questions are then raised: 
  1. are the children going to an international school or a local school or do the parents have chosen homeschooling?
  2. do the parents speak the local language?
  3. What do we expect from the au-pair? That he or she helps to develop the local language or that he or she helps in maintaining the home language?
According the wishes of the parents and where the children are getting their education, the au-pair will have the local language as mother tongue. As above, he or she will have the family language to be able to communicate with the parents

3rd case: the family is mixed and live in a country which is none of the parents. We then have three languages here: the two languages of the parents + the local language.

  1. if the children are going to school in the international school or the local school, the language being used will have an influence on the choice of languages spoken by the au-pair. Do parents choose homeschooling in one or the two languages?
  2. do the parents wish their children to learn the local language or do they think the two home languages are sufficient?
  3. What so we expect from the au-pair?
If the children are going to school, it would be better that the au-pair speaks the local language or the one used by the chosen international school. He or she will speak the language of one of the parents. If the children do homeschooling, either the parents would like the au-pair to "teach" their children the local language. In that case, the latter will also need to speak at least one of the languages of the parents and have the local language as mother tongue. If the parents do not wish so, then the au-pair will have to master the languages of the family in order to communicate with the parents.

As you can see, the situations are numerous and different. Each situation has its own points and needs to take into account.
Please, do not hesitate to come back to me if you have any questions, I'd love to hear from you.


In dit artikel in het Frans onderzoek ik de verschillende punten betreffende de au-pair jongere in een tweetalige familie. Welke talen moet dit au-pair spreken. Het is afhankelijk van de verschillende situatie van de familie. Ik zal dit snel in het Nederlands vertalen. 

mercredi 27 janvier 2016

Coach ou pas coach ? / Coach or not? / Coach of niet?




Récemment, je discutais avec une amie du "coaching" ? Qu'est-ce qu'un coach ? Que propose un coach ? Qui sont les "vrais" coaches ?
En regardant la définition dans le dictionnaire, un coach est quelqu'un qui propose un accompagnement professionnel ou personnalisé pour obtenir des résultats dans la vie professionnelle et/ou personnel. La traduction d'un coach en français serait : un entraîneur. Le travail du coach est d'aider la personne à s'épanouir, à se transformer. Le coach accompagne cette transformation via un savoir qu'il ou elle aura acquis. Cet accompagnement se fait par l'utilisation d'outils spécifiques que seul le coach a en sa possession.
Comment savoir si vous avez en face de vous un "vrai" coach ? Difficile de réellement le savoir, seule leur honnêteté à vous informer en mettant leur formation sur leurs sites, vous permettra de le savoir.

Je me suis alors posée la question : peut-on être coach en langues ? Peut-on coacher /entrainer les parents dans l'éducation bilingue, ou plurilingue de leurs enfants ? J'en suis arrivée à la réponse que non, on ne peut pas entraîner les parents dans l'éducation bilingue de leur enfants. Par contre, on peut les conseiller. On peut les diriger vers des outils. On peut répondre à leurs attentes. Mais on ne peut pas accompagner une transformation dans cette éducation.

C'est la raison pour laquelle je ne m'appelle pas et ne veux pas m'appeler ou me faire appeler "coach" ; je préfère le terme de consultante.
Une autre raison également qui me fait choisir ce terme, c'est la formation que j'ai, la formation que j'ai suivie, et l'expérience que j'ai acquise, confirme cela. Une expérience qui est à la fois personnelle et professionnelle. J'ai à la fois l'expérience et la formation dans le domaine de l'éducation multilingue.
Ce qui me fait vous renvoyer à un article que j'ai écrit sur le fait de bien faire attention quand on choisit de s'informer sur un blog (voir ici )

N'hésitez pas à réagir. Je serai ravie d'avoir votre avis sur la question.



Not so long ago, I was discussing with a friend of mine about coaching? What is a coach? What can you expect from a coach? Who are the "real" coaches?
Checking the definition in the dictionary, I found that a coach is someone who accompany people in their professional or personal life in order to get some results. The work of a coach is to help the person to blossom, to transform him or herself. The coach accompanies this transformation using tools that he/she acquired during training.
How can you know you are talking to a "real" coach? It is difficult to know. It is only if they are honest enough that they will let you know in putting information about their training on their websites that you will be able to know.

Then, I wonder: can you be a language coach? Can you coach parent in the bilingual or multilingual education of their children? My answer is NO. You cannot coach parents in the bilingual education of their children. However, you can give them advices. You can counsel them. You can give them tools. You can answers some of their questions. But you cannot accompany a transformation in the education.

That is the reason why I do not wish or want to be called a "coach", I much prefer the word "Consultant". 
Another reason which makes me choose that word is the training I have and the (university) education I got as well as the personal education and experience I have are going in that direction. This experience is both professional and personal.  I have both the training and the personal experience in multilingual education. This makes me think about the article I wrote some times ago about the blogs you are consulting, the persons you are asking questions to (check here)

Feel free to react, I would be delighted to hear from you.


Niet zo lang geleden sprak ik met een vriend over coaching? Wat is een coach? Wat kunt u van een coach verwachten? Wie zijn de "echte" coaches?
Ik heb een definitie in hert woordenboek gezocht en ik vond dat een coach iemand is die trainen en begeleiden mensen in hun professioneel of persoonlijke leven om sommige resultaten te krijgen. Het coach helpt mensen om zichzelf te veranderen. De coach begeleid deze verandering met werktuigen dat hij of zij tijdens training verkrijgen heeft.
Hoe kunt u weten dat u met een "echte" coach verwerkt? Het is moeilijk om te weten. Het is alleen als ze eerlijk genoeg dat zij deze informatie over hun opleiding op hun websites laten weten, dat u zal wetten dat ze kundig zijn.

Ik vroeg me ook of u een taalcoach zijn? Misschien in het Nederlands, wanneer u een docent bent kunt u een taalcoach zijn. Maar kunt u ouders over de tweetalige of meertalige opvoeding van hun kinderen coachen? Mijn antwoord zou NEE zijn. U kunt niet ouders trainen in de tweetalige opvoeding van hun kinderen. U kunt hen adviezen geven. U kunt hen aanraden. U kunt hun werktuigen geven. U kunt vragen antwoorden. Maar U kunt hen niet trainen. U kunt niet een verandering begeleiden. 

Dat is de reden waarom ik niet "coach" noemen wil. Ik heb liever het woord "adviseur of consultant. Een andere reden is mijn opleiding en mijn training. maar ook mijn persoonlijke ervaring. Ik heb een (universitaire) opleiding en training, maar ook een persoonlijke ervaring in meertalige opvoeding.
Dit doet me denken over een artikel dat ik sommige tijd geleden schreef (hier).

Ik zou graag van u horen. Wat denkt U?

mercredi 11 novembre 2015

Question / Question / Vraag




Comme vous l'avez peut-être remarqué Multilingual Café progresse, avance. En association avec Studio Expat & Lang, nous travaillons pour aider les familles à vivre de manière bilingue / plurilingue ainsi que multiculturelle, à élever leurs enfants avec plus d'une langue à la maison, à aider les éducateurs, enseignants, ou tout autre personne qui travaille avec des enfants bilingues à pouvoir aider ces derniers à vivre pleinement leur bilinguisme. Pour que le tout se passe en harmonie, il faut que l'expatriation ou l'immigration d'un ou des deux parents se déroule de manière heureuse et aussi joyeuse et facile que possible.

Que pourrions-nous faire pour vous aider encore plus ? Quelles sont les questions auxquelles nous n'avons pas encore répondues ?
N"hésitez pas à nous les poser. Nous y répondrons avec plaisir.



As you may have noticed Multilingual Cafe is moving on to the next step. With Studio Expat & Lang, we are working to help families live in a bilingual / plurilingual as well as multicultural lives, to bring up their children with more than one language at home, to help educators, teachers and anybody who is working with bilingual children live their bilingualism fully. For all that to be harmonious, the expatriation or immigration of one of the parents or of both has to be happy, but also joyful and as easy as possible.

What else could we do for you? What are the questions we did not answer yet?
Do not hesitate to ask questions. We will answer them all.



Zoals U wellicht heeft gemerkt vordert Multilingual Cafe, we gaan naar de volgende stap. Met Studio Expat & Lang werken we om gezinnen te helpen ; we helpen hun om een tweetalige / meertalige en ook multiculturele leven te hebben. We helpen hun om hun kinderen met meer dan één taal thuis opgevoeden. We helpen opvoeders, leraren die met tweetalige kinderen werken om hun tweetaligheid volledig te leven. Om alles in harmonie te brengen moet de expatriatie of immigratie van één of beide ouders gelukkig zijn, maar ook vrolijk en makkelijk. 

Wat kunnen we voor u doen om u nog meer te helpen? Wat zijn de vragen die we nog niet beantwoord hebben?
Voel je vrij om vragen te stellen. We zullen ze allemaal beantwoorden. 

mercredi 28 octobre 2015

Mon enfant refuse de parler ma langue / My child refuses to use my language / Mijn kind wil mijn taal niet spreken

                                       



Mon enfant refuse de parler ma langue…. Eh oui, cela arrive. Elle n'est pas la langue utilisée à l'école, dans la communauté où on habite et donc il ne voit pas toujours l'utilité de cette langue minoritaire. C'est parfois blessant. On ne sait pas toujours comment réagir. On a envie de se fâcher, de crier, de lui expliquer par y et z que c'est important, qu'il faut parler cette langue pour de multiples raisons. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? 
Faire semblant de ne pas comprendre la langue majoritaire peut être une solution, mais l'enfant doit être jeune pour faire cela. S'il sait que vous la parlez, c'est peine perdue et vous risquez de faire pire que mieux. 
Il est important dans ce cas de créer des moments où l'usage de votre langue devient inévitable pour votre enfant, des moments où il a besoin d'utiliser cette langue qu'il connaît, mais refuse d'utiliser. Par exemple, le faire participer à des groupes de jeux dans la langue minoritaire. Le fait d'avoir des activités de socialisation dans la langue minoritaire lui fera prendre conscience qu'elle a son importance. Il sera motivé par l'utilisation de cette langue. Il y aura un besoin pour cette langue. Tant que votre enfant n'aura pas compris que cette langue est nécessaire, qu'il y a un besoin pour celle-ci, il n'aura pas vraiment envie de la parler, l'autre langue est suffisante dans son quotidien. Il faut donc trouver des occasions de créer ce besoin de la langue minoritaire
Vous pourrez alors passer à l'étape suivante. Ce peut être l'utiliser plus à la maison, ou encore discuter avec votre enfant des bonheurs de cette langue. Cela se fait en exposant votre enfant à cette langue minoritaire, en lui donnant des occasions de l'entendre et de la parler. Comment exposer mon enfant à celle-ci ? Les occasions sont multiples : en lisant de livres et de magazines, en regardant des DVD, en discutant avec vous ou avec votre famille via Skype, en écoutant de chansons, en jouant… A vous de créer des occasions. En exposant ainsi votre enfant à votre langue, la langue minoritaire, il aura du plaisir et le plaisir se transformera en utilisation quotidienne de cette langue.
C'est un travail de longue haleine, qui vous demandera patience, mais aussi et surtout du temps, beaucoup de temps. C'est un investissement sur le long terme pour lequel vos enfants vous en seront toujours reconnaissants.




My child refuses to speak my language… Yes, this can happen. It is not the language used at school or in the community where we live. Thus he does not see the usefulness of this minority language. It can be hurtful. We do not always know how to react. We feel like getting cross, trying to explain fully how important it is to speak it, that he must speak it for many different reasons. But is it really the best way of doing?
Pretending you do not understand the majority language can be one idea, but your child must be young to get into that game. An oder child will know that you can speak it and then you might do worse.
It is important to create times when the use of the language becomes unavoidable, times when your child will have to use this language which he knows, but refuses to use. For example, taking part to play groups in your minority language. Taking part to social activities in the minority language will make them realize the importance of this language. There will be a need for this language. As long as your child will not have understood that this language is a necessity, that there is a need for it, he will never feel like using it, because the other language is sufficient for his everyday life. So you will have to find and create opportunities to create the need for this language.
Then you can go on the next step. This could be to use it a bit more at home, or even have chats with your child on the good sides of this language. This can be done in exposing your child to the minority language, giving him opportunities to hear it and use it. How can you expose your child to your language? The opportunities are huge: reading books and magazines, watching DVDs, chatting with you and your family via Skype, listening to songs, playing… It is up to you to create opportunities. Exposing your child to the minority language, he will have more and more pleasure to use it and then he will use it every day. 
It is a long job. This will not happen overnight. You need patience and also and mainly, you have to put time into it, a lot of your time. It is a long-term investment for which your children will always be thankful. 



Mijn kind weigert om mijn taal te spreken… Ja dat gebeurt. Hij gebruikt dit taal op school niet. De gemeenschap waar we wonen gebruikt het ook niet. Dus zie hij niet het nut van de minderheid taal. Dit is soms pijnlijk. We weten niet altijd hoe te reageren. We willen boos zijn. We willen verklaren waroom dit taal belangrijk is. Maar is het de beste oplossing?
Doen alsof we de meerderheid taal niet begrijpen kan een oplossing zijn, maar alleen wanner het kind jong is. Want als hij weet dat U de meerderheid taal spreekt, is het een verspilling en U kon slechter  dan beter doen.
Het is belangrijk momenten te creëren wanneer het gebruik van de minderheid taal onvermijdelijk is, waar u kind de minderheid taal gebruiken moet. Bijvoorbeeld, aan spelgroepjes deel te nemen. U kind zal de belangrijkheid van de minderheid taal met socialisatie activiteiten opmerken. U kind zal de behoefte van de taal begrijpen. Zolang uw kind dit behoefte niet zien en begrijpen zal hij de taal niet gebruiken. U moet kansen creëren om deze behoefte van de minderheid taal te maken.
Dan kunt u verder naar de volgende stap. De taal kan thuis meer gebruiken zijn. U kunt met uw kind over de taal spreken. Uw moet mogelijkheden om de taal te horen en te spreken. Hoe kan ik doen? De mogelijkheden zijn legio: het lezen van boeken en tijdschriften, het kijken van DVDs, het chatten met u of met u familie via Skype, het luisteren van liedjes, het spelen… U moet de kansen creëren. Wanneer u kind vind dat het gebruik van de taal leuk is, zal hij het meer gebruiken.
Het is een lang proces. Het zal veel veel tijd gebruiken. Het is ook een investering in de lange termijn waarvoor je kinderen je altijd dankbaar zijn.